Pourquoi amasser des fonds au profit de la santé mentale ?

Quelle est notre histoire ?

Quelques années auparavant…

Il nous est venu à l’idée de réunir un groupe d'individus dans le but de les sensibiliser aux maladies mentales. À cet instant, aussi simple que cela peut paraître, nous ne réalisions pas encore l’impact réel que cette initiative aurait sur nos vies. Grâce à Let's Bond, au fil des années, nous avons fait d’incroyables rencontres et notre connexion avec la cause s’est renforcée. C’est la preuve que notre implication se veut significative, et ce, autant à nos yeux qu'à ceux des victimes. 

Être laissé à soi-même aux prises avec la maladie mentale est inconcevable. Nous valorisons l’entraide et croyons qu’en soutenant ceux et celles dans le besoin, l’ensemble de notre société en bénéficiera. La première phase de notre initiative mise avant tout sur la compréhension, la démystification et la sensibilisation, puisque les maladies mentales sont encore interprétées faussement par la majorité d’entre nous. Étant nous même de jeunes professionnels, vivants dans un monde où les seules limites sont celles que l'on s'impose, nous avions le désir de cibler notre action envers nos semblables. Nous estimons que nous pouvons en faire plus pour soutenir cette génération stimulée par la pression et le stress dont le rythme de vie est trépidant. 

 

Au delà de l'élégance et de l'intrigue...

qu’inspire la thématique de James Bond, nous avons choisi d'intituler notre soirée-bénéfice annuelle au profit de la Fondation des maladies mentales «Let's Bond» afin d’illustrer qu’en mobilisant notre entourage, nous pouvons contribuer à rendre notre communauté avertie et à l’écoute d’autrui. Notre souhait était de créer une occasion singulière afin de rassembler des gens enclin à partager leurs expériences et tisser de nouveaux liens.

En réunissant les jeunes professionnels et en amassant des fonds pour la cause, notre objectif principal est de favoriser l’ouverture d’esprit, de briser les tabous reliés aux maladies mentales et d’encourager une saine santé mentale en milieu de travail.

Comment définir les maladies mentales ?

Saviez-vous que la maladie mentale affecte 1 québécois sur 6 ? 

Elle s’abat sans prévenir sur n’importe qui à n’importe quel moment. On retrouve, entre autres, parmi les maladies mentales : la dépression, le trouble bipolaire, l’anxiété généralisée, le stress post-traumatique, l’anorexie et la boulimie. La Fondation des maladies mentales aide à soulager la souffrance des personnes atteintes et agit à titre d’agent préventif dans les établissements scolaires et les entreprises. Apprenez-en plus sur les fondements et les activités de la Fondation des maladies mentales en visitant le site web.

Quel est l'impact des maladies mentales au travail ?

À l'âge adulte, nous passons plus de deux tiers de notre temps d'éveil au travail. Le travail peut être source d'enrichissement, de développement, de joie, mais aussi de grande souffrance. Non seulement rémunérateur et utilitaire, le travail prend pour plusieurs d'entre nous la forme d'une quête d'identité dans laquelle nous cherchons à donner un sens profond à notre vie, à contribuer à quelque chose de plus grand que nous. La preuve, cette question fréquemment posée quand nous rencontrons quelqu'un pour la première fois : « Que faites-vous dans la vie ? »

« Le travail peut être connu, souligne éloquemment Jean-Pierre Brun, mais pour être reconnu, il faut tabler sur un paradigme plus fondamental voulant que chaque individu ait le droit éthique de voir sa contribution personnelle (ce qu'il a mis de lui-même dans son travail), ou collective, valorisée et reconnue pour ce qu'elle est. » Pour ce chercheur, de cette reconnaissance naît l'accomplissement de soi, un des quatre déterminants essentiels à la santé psychologique des individus1]

En cette ère où nous sommes bombardés de statistiques sur l'augmentation des problèmes de santé et maladies mentales au travail plus inquiétantes les unes que les autres.

 

Une forte incidence et un bilan coûteux pour les organisations

  • Les problèmes de santé psychologique comptent pour environ 40 % des prestations d’invalidité selon l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes.
  • En 2020, la dépression deviendra la deuxième cause d’invalidité dans le monde, juste après les maladies cardiovasculaires. (Organisation mondiale de la santé, The Global Burden of Disease, 2004)
  • Les coûts annuels directs et indirects liés à la santé mentale pour les entreprises canadiennes s’élèvent à plus de 33 milliards de dollars. (Global Business and Economic Roundtable on Addiction and Mental Health, 2000)

Les Fondations bénéficiaires

La Fondation des maladies mentales

La mission de la Fondation des maladies mentales se décline en 3 volets : promouvoir la santé mentale, sensibiliser la population à l’importance de prévenir les maladies mentales et contribuer à la réduction de la souffrance des personnes touchées.

Bien qu’aujourd’hui les gens connaissent et reconnaissent de plus en plus les symptômes et les conséquences des maladies mentales, ils ne savent toutefois pas comment agir face à la maladie ni comment soutenir la personne atteinte. Les campagnes d'information, de prévention et de sensibilisation ont grandement contribué à cette connaissance de la maladie mentale au sein de la population. Malgré cela, les tabous à l’endroit de la maladie et les préjugés envers les personnes atteintes sont encore bien présents. Qu'un nombre croissant de personnes parlent ouvertement et publiquement de leur maladie mentale ou de celle d'un proche s'avère, selon la Fondation, la forme de communication la plus efficace quand vient le temps de dédramatiser, sans le banaliser, un des tabous les plus persistants de l’époque actuelle.

La Fondation tente de joindre les gens « là où ils sont », car elle est convaincue qu'il s'agit de la meilleure façon de tisser un filet de sécurité pour les personnes atteintes de maladies mentales et pour leur entourage.

Les objectifs de la Fondation :

  • Informer le public par le biais de programme de sensibilisation aux maladies mentales
  • Réduire la souffrance des personnes atteintes et de leurs proches
  • Mobiliser :  encourager les personnes atteintes à en parler
  • Offrir un service de référence permettant d’orienter les individus ayant besoin d’un soutien psychologique vers les ressources les plus appropriées

Fondation de l'Institut Douglas

L’Institut Douglas est la plus importante institution au Québec vouée aux soins des personnes de tous âges aux prises avec une maladie mentale – la dépression, les troubles de l’alimentation, la schizophrénie, etc. – et à la recherche afin d’assurer l’amélioration continue de ces soins.  

Les scientifiques ont à leur crédit un bilan enviable de percées, notamment l’identification du premier et du plus important facteur de risque impliqué dans la maladie d’Alzheimer. Ils mettent à profit des installations de pointe telles que la Banque de cerveaux Douglas-Bell Canada, la seule banque au Canada à recueillir les cerveaux de personnes qui ont eu une maladie mentale. 

Au Douglas, le patient est au cœur de toutes les actions. Le Douglas vise à offrir les bons soins, à la bonne personne et au bon moment, soit lorsqu’elle en a le plus besoin. Des programmes spéciaux ont été conçus pour les enfants et les adolescents à risque pour la dépression et le suicide ainsi que pour les jeunes confrontés à un premier épisode d’une maladie grave. De plus, Douglas possède le programme des troubles de l’alimentation le plus avancé au Canada.

Les patients reçoivent toujours les meilleurs soins puisque plusieurs des cliniciens sont aussi des chercheurs; ils ajustent le traitement selon les plus récentes découvertes. Par exemple, les patients soignés pour la dépression bénéficient directement des travaux faits sur les causes de la dépression. En comprenant les causes en lien avec l’individu, les scientifiques créent des traitements individualisés et accroissent le taux de rétablissement.  

Comment les fonds amassés par Let's Bond sont-ils employés ?

Solidaires pour la vie

Solidaires pour la vie est un programme de sensibilisation qui vise, d’une part, à apprendre aux adolescents de 14 ans et plus, aux parents et au personnel scolaire à reconnaître les signes et les symptômes de la dépression et, d’autre part, à amener ces individus à diriger une personne en détresse aux ressources compétentes dans le but de tenter de résoudre en amont la problématique de la dépression à l’adolescence qui peut mener au décrochage scolaire et parfois même au suicide. Depuis la mise sur pied du programme en 1998, Solidaires pour la vie a rencontré près de 906 019 jeunes aux quatre coins du Québec.

Le programme est offert gratuitement dans les établissements scolaires par une équipe de jeunes animateurs dynamiques qui ont reçu plus de 150 heures de formation sur les maladies mentales, les différentes techniques d'animation et le processus de référence vers une ressource d'aide. Les animations de 50 à 75 minutes proposent diverses notions théoriques sur les maladies mentales, des mises en situation, des outils de dépistage, des conseils ainsi que des ressources. De plus, Solidaires pour la vie propose trois types d’animation selon des publics précis : adolescents, parents et personnel scolaire.

Chaque année, l’équipe d’animateurs rencontre plus de 50 000 adolescents afin de les sensibiliser à la dépression qui peut mener au décrochage scolaire et même au suicide. Depuis sa mise sur pied, le programme Solidaires pour la vie a permis de sensibiliser 906 019 adolescents, 11 192 parents et 30 070 personnes parmi le personnel scolaire dans 762 écoles du Québec. Parmi les jeunes rencontrés, plus de 16 000 ont été traités ou suivis pour une dépression après le passage de l’équipe du programme alors que 2,470 ont été hospitalisés. Les animateurs du programmes ont également :

 

  • effectué 5 261 interventions directes dans les écoles;
  • signalé 939 jeunes en détresse;
  • effectué 203 accompagnements d’urgence.

Visitez le site»

Informez-vous sur les programmes de sensibilisation offerts par la Fondation des maladies mentales.